rain or shine

Processed with VSCOcam with f2 preset

Une grande banderole en bordure de l’autoroute A15 avec écrit « Cueillette de Cergy ». La destination ce samedi-là était Rouen donc pas le temps de s’arrêter cueillir des fruits et légumes. Dommage ! Je garde l’idée dans un coin de ma tête et en mai dernier j’embarque mon amie Laura pour l’après-midi. C’est la saison des cerises et des fraises, et on se dit qu’on va faire des confitures pour tout l’hiver. Mais je crois qu’on avait surtout envie de quitter un peu Paris et de déconnecter.

Processed with VSCOcam with f2 preset

Une brouette et quelques paniers plus tard, on se retrouve à travers champs à suivre les petits panneaux « épinards », « pommes de terre », « petits pois »… et même « lys » parce que l’on peut aussi y cueillir des fleurs. Il y aussi toutes les parcelles qui ne seront prêtes qu’à l’automne, les pommes et les poires qui poussent doucement et qui donnent envie de revenir. A la fin on pèse tout ce que l’on a récolté, on paye… peut-être une quinzaine d’euros pour plusieurs kilos de fruits. On a testé cette recette sans sucre qui finalement ressemblait plus à quelque chose entre la confiture et la compote mais c’était parfait pour accompagner du yaourt nature.

Processed with VSCOcam with f2 preset

Les longues vacances d’été sont encore loin, mais je sais que si j’ai besoin de nature le temps d’un dimanche, du chant des petits oiseaux, de ne penser à rien d’autre que d’atteindre les cerises les plus rouges et les plus mûres… j’irai à la cueillette. En ce moment, elle est fermée mais j’attends avec impatience sa ré-ouverture et les beaux jours pour retourner passer l’après-midi au vert.

Cueillette de Cergy

Chemin de Courcelles

95650 Puiseux-Pontoise

à environ 50 minutes de Paris

african prints

2 fév 2015

coverafrica

En novembre 2012, j’ai fait un beau voyage au Mozambique et un de mes buts pendant ce séjour – outre le fait de profiter de mes vacances à fond – était de trouver des tissus africains pour mon nouvel appartement, pour me fabriquer des coussins ou des taies d’oreillers, peut-être des vêtements. A Maputo, l’endroit le plus sûr pour se fournir est La Maison des Deux Éléphants. Pendant le périple vers le Nord, chaque nouveau marché était pour moi l’occasion de compléter ma collection. J’ai donc mis dans mes valises 6 belles pièces de tissu, que l’on appelle des « capulana » et que les femmes nouent autour de leur taille.

Attention les yeux, les deux motifs qui suivent sont assez dingues ! J’ai peut-être été un peu optimiste sur ce coup-là…

africanwax3africanwax1

Deux motifs plus sages dont un très classique…

africanwax2africanwax6

Et mes deux préférés…

africanwax5africanwax4

Le tissu éléphant est déjà devenu un grand coussin et je suis en train de me faire un top tout simple avec le deuxième motif, donc je vous montre tout ça très vite ! S’il est facile de trouver des tissus, la quête de cartes postales s’est révélé bien plus dure que je ne le pensais et j’avais raconté cette histoire sur le blog Paper Pastries tenue par Margaret. Allez, moi j’ai des projets couture à trouver pour occuper tous ces tissus qui dorment dans mes placards depuis 2 ans !

wish wish wish

26 jan 2015

wish2015_3

Sans envoyer de cartes de vœux à l’intégralité de mon carnet d’adresse, j’ai voulu quand même écrire quelques petits mots en ce début d’année à des amis proches… qui habitent loin. J’ai mis le même soin dans le choix des images que je m’applique à faire mes cadeaux de Noël. Au gré de mes promenades et des expositions, j’ai choisi des cartes postales dans les boutiques des musées parisiens. Et j’en ai bien sûr profité pour commander encore un peu plus d’articles de papeterie sur Etsy… comme si ma boite à cartes postales et enveloppes n’était pas déjà pleine pour les 5 prochaines années… !

wish2015_2wish2015_6

Une fois les cartes écrites et l’adresse de chacun retrouvée, il n’y avait plus qu’à aller à La Poste pour choisir « de beaux timbres »… ça serait dommage de s’embêter à ce point pour ensuite coller sur chaque enveloppe une Marianne verte et moche. L’année prochaine je pousserai certainement le vice jusqu’à créer mes propres timbres personnalisés !

wish2015_1wish2015_4

Au bureau de poste, le choix n’a pas été très compliqué car les seuls jolis timbres étaient ceux édités pour les 150 ans de la Croix Rouge Française et 2 euros sont reversés à l’association. Donc non seulement j’ai fait une bonne action mais en plus, j’ai envoyé mes cartes avant le 31 janvier. L’année commence bien, non ?

wish2015_5

cartes postales achetées au Musée du Jeu de Paume et au Musée des Arts Décoratifs

planches d’autocollants cœur chez Knot & Bow

enveloppes kraft chez hfc supplies

carnet de timbres « L’amour en 10 fleurs », 8,10 euros

Le titre de ce post fait référence au blog WishWishWish que je suis sur Instagram

 

« Première page34567